Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mariella, Organisation de mariages

Mariella, Organisation de mariages

Menu
Le mariage en hiver : une idée pas complètement givrée !

Le mariage en hiver : une idée pas complètement givrée !

plein-air.jpg

Non, se marier hors saison n’est pas une idée complètement givrée. Organisation simplifiée, salles abordables, déco et tenues originales… Suivez le guide.

 Noces à la montagne

17-Esprit-mariage-Chalet-de-pierre.2

Pour Jean-Luc Blaiswedding planner et fleuriste : « Se marier en hiver, c’est avant tout choisir une ambiance plus chaleureuse. On a forcément envie de se recentrer vers l’intérieur. » Dans sa clientèle, le choix le plus prisé reste la montagne et ses stations de ski, où il est possible d’organiser la réception dans un restaurant d’altitude ou un chalet cosy. Les plus ? L’arrivée des mariés en traîneau, une descente aux flambeaux à l’apéro ou un brunch-raclette le lendemain de la fête. Mais les noces à la montagne représentent un certain coût, notamment en pleine saison touristique. Perrine, d’Esprit Mariage, propose, pour une centaine d’invités, un forfait à 30 000 € dans un joli chalet niché au cœur des Alpes.

Une économie de temps et d’argent

noel1

Moins pris d’assaut qu’en pleine saison (de mai à septembre), les prestataires sont bien plus disponibles en hiver : pas besoin de booker traiteur et DJ un an à l’avance ! Autre avantage de taille : la location d’une salle peut s’avérer beaucoup moins onéreuse, avec une économie de 10 % à 30 % sur la facture. Par exemple, louer un salon dans le prestigieux château de Villiers-Le-Mahieu, en région parisienne, entre novembre et mars, revient par exemple à 2 500 € au lieu de 3 700 € au cœur de l’été… Si le décor majestueux devient plus accessible, ne misez pas sur les désistements des invités pour faire encore baisser la note. Moins sollicités qu’en juillet, ils seront de la partie. Prévoyez le degré d’intimité souhaité, ainsi que le budget alloué, avant d’envoyer les faire-part.

Source: Le figaro Madame